article

Le géant Chara se sentait petit dans ses shorts après la blessure à Phillip Danault!

Les joueurs des Bruins ont démontré beaucoup de classe suite à l'incident.

Partager sur Facebook

Ce n'est pas la première fois que le défenseur format géant Zdeno Chara blesse un joueur du Canadien au Centre Bell. L'incident Chara-Pacioretty a marqué les partisans de la Sainte-Flanelle et a attisé la rivalité vieille de plusieurs décennies. Le Slovaque en avait un peu trop mis lors de cet incident, causant de sérieuses blessures au #67 du Canadien. 

Sauf que cette fois-ci, on peut dire sans se tromper qu'il a joué de malchance et que son geste à l'endroit de Phillip Danault était totalement non intentionnel.

« Quand je l’ai vu s’écrouler sur la patinoire, la première chose qui m’a traversé l’esprit fut d’espérer qu’il n’était pas blessé», a dit Chara dans le vestiaire des visiteurs après la rencontre. Ça m’est déjà arrivé d’atteindre un adversaire, mais pas de cette façon. C’est un coup de malchance, la rondelle était sautillante. Personne ne veut voir un joueur être atteint dans la région du cou ou de la tête.»

On a senti le malaise chez le capitaine des Bruins, qui est resté auprès de Danault pour toute la durée des procédures. Il est même aller lui adresser quelques mots lorsque celui-ci était immobilisé sur une civière tout juste avant qu'il ne quitte la surface glacée.

«Je me sentais mal. Je voulais lui parler et m’assurer qu’il allait bien. Il a réagi, il m’a répondu. Ça m’a aidé à me sentir un peu mieux. J’espère qu’il s’en remettra complètement.»

Force est d'admettre que le grand Chara a agi en véritable gentleman sur la séquence. Patrice Bergeron en est un autre qui était visiblement inquiet après avoir vu Danault s'effondrer sur la patinoire. Les deux hommes s'entraînent ensemble durant la période estivale et se connaissent très bien.

«Ce n’est jamais plaisant de voir quelqu’un demeurer sur la glace, mais quand c’est un ami, c’est encore plus difficile. Je lui ai dit de prendre soin de lui et que j’allais penser à lui. Je voyais qu’il était secoué, mais il avait l’air alerte et présent. On voyait que Zdeno se sentait mal sur la glace, mais le fait de pouvoir parler à Phillip nous a réconfortés lui et moi. »

Ce genre de scène nous fait réaliser que la LNH est une belle et grande famille unie où chaque membre se respecte. De l'esprit sportif à son meilleur!